Notes techniques IV. La colonne d'air (4ème partie. Contrôle du son II)

Avec les exercices proposés dans l’article d’hier nous pouvons obtenir un flux d’air régulier qui traverse facilement la gorge, ce qui nous donne un son large, puissant et de qualité. Cette forme d’émission est l’idéal dans le registre grave, mais la chose se complique un peu si nous commençons à monter dans la gamme du hautbois.

À ce stade, il est important de considérer deux concepts très importants, mais ils ne sont pas toujours bien compris ou expliqués:

  • L’intensité —le volume— du son dépend de la quantité d’air qui passe à travers l’anche,
  • La fréquence —hauteur— du son dépend de la vitesse à laquelle cet air sort.

C’est un point clé de la technique du hautbois et de tout instrument à vent. S’il n’est pas bien compris et intériorisé, il y a un risque de faire de mauvaises corrections qui, les unes sur les autres, fausseront notre façon de jouer. Il vaut mieux comprendre ce qui se passe réellement en jouant, expérimenter —si nécessaire, repenser toute la technique depuis le début— et continuer sur la bonne voie que de chercher des solutions temporaires qui à long terme peuvent nous bloquer.

Le premier des concepts énoncés est le plus intuitif et le plus facile à maîtriser: si l’on veut jouer plus fort, il suffit d’augmenter l´appui sur le diaphragme pour que plus d’air sorte, et inversement, de jouer plus doucement —toujours sans baisser un minimum afin que le son ne soit pas coupé—. En faisant des longues notes, il est facile de voir comment nous pouvons faire varier à volonté le support dans le diaphragme et avec lui l’intensité du son.

La deuxième déclaration —celle qui se réfère à la hauteur du son— est un peu plus complexe mais, d’un autre côté, elle nous fournit de nombreux outils utiles pour maîtriser notre son.

Essayons de jouer un Sol de la première octave. Si nous avons bien respiré, nous n’aurons pas de problèmes pour le maintenir stable et juste. Mais si nous actionnons ensuite simplement la première clé d’octave sans rien modifier d’autre —mieux si c’est une autre personne qui nous aide dans l’exercice afin que nous n’effectuions pas de corrections involontaires— nous verrons que le Sol de la deuxième octave ne réponds pas comme prévu. Une note décentrée sortira probablement, à mi-chemin entre le Sol et le Fa #. Que s’est-il passé?

Ce qui se passe c’est que les clés d’octave ne suffisent pas à elles seules pour obtenir les notes aiguës avec justesse, elles ont besoin de notre aide. Nous devons atteindre une vitesse d’air plus élevée pour élever les notes à leur place.

Cette vitesse est atteinte en augmentant la pression de l’air à l’intérieur de la bouche. Il y a des instrumentistes qui préfèrent parler de vitesse d’air et d’autres de pression, mais cela ne devrait pas prêter à confusion car ce sont des concepts équivalents: c’est la pression qui fait sortir l’air à grande vitesse. L’un est la cause et l’autre est l’effet.

Une fois que cela est établi, nous devons toujours nous rappeler que nous avons besoin d’une plus grande pression dans la bouche et dirigée vers l’anche, pas vers le diaphragme —sinon nous jouerions plus fort, et ce n’est pas ce que nous voulons—.

Nous pouvons augmenter la pression de plusieurs façons, mais une seule est la correcte. Chez les débutants, il est facile d’observer au moins trois types de corrections erronées:

  • Réalisant que le registre médium et des aigu reste faible en utilisant uniquement les clés d’octave, ils ont tendance à avoir le réflexe de serrer l’embouchure pour faire monter le son. Lors de la fermeture de la sortie d’air, il est comprimé, mais le son se rétrécit et perd ses qualités. De plus, une correction de cette manière risque de rendre le son trop haut et sans contrôle.
  • Il y a ceux qui jouent toujours plus fort dans le registre aigu. En ajoutant plus d’air, il est comprimé de manière égale, mais au prix de ne jamais pouvoir varier la nuance.
  • Il y a ceux qui sont tentés d’utiliser des anches très fermées —une ouverture plus petite facilite l’obtention de la pression— mais cela cause des problèmes dans le grave —où beaucoup moins de pression est nécessaire—.

Toutes ces solutions sont fausses et, comme nous l’avons vu, affectent directement la qualité du son. Ce qui devrait être utilisé pour augmenter la pression et donc la vitesse de l’air sont de légers mouvements de la langue, en particulier sur le côté et l’arrière de celle-ci. En élevant la langue, nous comprimerons l’air vers le palais sans avoir besoin de fermer la gorge et sans perte de qualité sonore.

Nous pouvons faire quelques exercices pour le vérifier:

  • Devant un miroir, chantons un long O, puis un E tout aussi long un demi-ton plus haut.
  • Alternons O-E-O-E-O… jusqu’à ce que le geste soit automatisé.
  • Ensuite, nous continuerons à répéter ces voyelles, mais comme le ferait un ventriloque, sans bouger les lèvres. Si nous pouvons différencier les deux voyelles —ce n’est pas trop difficile— nous verrons que seule la langue bouge. Elle le fait précisément de la manière dont nous aurons besoin plus tard por jouer.
  • Nous pouvons continuer l’exercice en ajoutant un I O-E-I-E-O-E-I-E-O—.
  • La dernière étape sera de faire l’exercice avec l’anche, en faisant le même mouvement avec la langue tout en conservant un son très long sans changer l’intensité, comme lorsque nous chantions les voyelles. Nous devons réussir a faire deux —ou trois— notes differentes juste avec les mouvements de la lange.

Avec la pratique, nous serons en mesure de différencier avec l’anche deux sons à une distance de demi-ton, puis trois, etc. Peu importe les notes qui sonnent exactement, tant qu’elles sont contrôlés et toujours les mêmes avec une certaine anche —la hauteur du son peut varier selon que l’anche est plus ouverte ou fermée ou plus ou moins souple—. En travaillant régulièrement cet exercice, nous nous rapprocherons des notes Si-Do-Do#-Re, correspondant approximativement aux registres bas, moyen, aigu et suraigu du hautbois.

Si nous faisons le même exercice avec le hautbois pratiquant les octaves, nous verrons comment la langue nous aide à canaliser l’air pour les accorder. À ce stade, il sera important de porter une attention particulière afin que l’intensité du son ne varie pas et qu’il n’y ait pas de coup d´air lors du changement de notes, comme expliqué ci-dessus. Tout ce qui doit être fait est une bonne inspiration qui fournit un bon soutien de manière détendue, sentant l’air sortir de lui-même et un mouvement subtil de la langue lors du changement d’octaves. C’est un exercice très relaxant.

Nous avons expliqué le mouvement de la langue comme la prononciation de certaines voyelles mais chacun, en jouant, peut utiliser sa propre image mentale pour contrôler le geste: certaines personnes préfèrent penser qu’ils dirigent l’air vers un point bas sur le mur, puis vers un mètre du sol puis vers le plafond à mesure que la hauteur du son augmente; Il y a ceux qui préfèrent imaginer que la langue conduit l’air vers les dents supérieures… chacun a son truc, mais toutes conduisent à provoquer des mouvements subtils de la langue qui donnent à l’air la bonne vitesse pour jouer juste dans les différents registres.

Il est évident qu’au moment de jouer, nous ne pouvons pas penser à un charabia d’oes, íes et es, mais si nous avons bien automatisé le travail technique d’émission du son, il suffit de réfléchir à la façon dont nous voulons que la note sonne pour que la langue et avec elle tout le système sait quoi faire.

Ceci s’agit d’une première étape pour travailler sur le contrôle du son. Pour l’instant il suffit de maintenir la qualité du son dans les différents régistres avec de longues notes sans variations de nuances et de contrôler les sauts d’octave. Dans des articles ultérieurs, nous parlerons de la façon de combiner les changements d´octave et d’intensité, comment attaquer en toute sécurité des notes dans différents registres, des exercices de flexibilité, des exercices de vibrato, etc.

JMR


One response to “Notes techniques IV. La colonne d'air (4ème partie. Contrôle du son II)

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s