Notes techniques XVI. Le vibrato IV. Exercices III

Une fois que nous avons atteint un vibrato contrôlé sur une longue note, avec et sans variation de nuance —comme dans les exercices proposés dans l’article d’hier— il est temps de commencer à travailler sur une succession de plusieurs notes.

Dans tous les exercices proposés ci-dessous, il est recommandé d’utiliser le métronome à différentes vitesses.

  • Exercice 5.- Reprenant les notes de l´arpège comme référence, nous allons commencer à les jouer en octaves ascendantes et descendantes. Comme dans les exercices de l’article précédent, il est préférable d’alterner les répétitions avec et sans vibrato pour pouvoir contrôler les mouvements à volonté. Les notes peuvent être aussi longues que nous avons besoin afin de bien sentir que le vibrato est régulier et que nous le contrôlons sans tension.
  • Exercice 6.- A partir de la tonique, nous allons insérer la dominante entre celle-ci et l´octave, en alternant les répétitions avec et sans vibrato.
  • Exercice 7.- Nous terminerons l’arpège. Dans ce cas, comme dans le reste des exercices, nous veillerons toujours à ce que le vibrato ne soit pas interrompu dans les changements de note.
  • Exercice 8.- Nous allons répéter l’exercice 5, mais cette fois avec un mouvement crescendo-diminuendo contrôlé qui nous permet de vérifier que le vibrato n’interfère pas avec le phrasé des notes.
  • Exercices 9 et 10.- Ce sont des répétitions des exercices 6 et 7 mais, comme dans le précédent, accompagnant le mouvement ascendant des notes avec un crescendo et le mouvement descendant avec un diminuendo. Comme dans tous les exercices de cette série, vous pouvez alterner les répétitions avec et sans vibrato pour isoler et contrôler chacun des mouvements impliqués.

Dans ces exercices —qui, comme vous pouvez le voir, sont applicables en tant que variantes des exercices pour le travail du son proposés dans le Cahier d’étude— nous n’avons utilisé que les notes de l’arpège pour ne pas les faire devenir trop longs, mais ils peuvent également être joués avec toutes les notes de la gamme, s’arrêtant au besoin pour respirer.

A partir de ce moment, toutes les variations qui nous viennent à l’esprit peuvent être faites sur tous les exercices précédents pour aider à gagner en flexibilité et en contrôle du mécanisme de production du vibrato.

Par exemple:

  • Commencez la note longue sans vibrato et introduisez-le petit à petit.
  • Inversement, commencez avec du vibrato puis retirez-le progressivement.
  • Une note avec vibrato et la suivante sans vibrato.
  • Tout autre motif pensé avant d’effectuer l’exercice.

L’essentiel dans le travail du vibrato, comme dans tout autre aspect de la technique —en plus d’être clair sur le mécanisme à utiliser et de comprendre comment il fonctionne— est la cohérence au travail. Il vaut mieux quelques minutes chaque jour qui pénètrent à long terme notre façon de maîtriser l’instrument, que d’investir plusieurs heures un jour puis d’oublier l’exercice.

Dans les quatre articles que nous avons consacrés jusqu’à présent à l’étude du vibrato nous nous sommes concentrés sur celui-ci dans sa facette technique et nous avons travaillé sur le mécanisme qui le produit. Demain, dans celui qui clôt cette série, nous ferons référence à l’utilisation musicale du vibrato comme ressource expressive.

JMR


Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s